Accueil > Notre actualité > La recette du bonheur au travail ?

La recette du bonheur au travail ?

La qualité de vie au travail s’est imposée ces dernières années comme un sujet décisif pour tous les dirigeants. Au terme des 15 jours d’échanges, nos panélistes WiQuali affirment que le contenu du travail, la culture d’entreprise et l’organisation sont les éléments qui contribuent le plus au bien-être, loin devant la rémunération ou d’autres avantages.

 ​Le paradoxe français face au travail

 

 

L’activité professionnelle occupe une place centrale dans nos vies. La position des français à cet égard est tout à fait singulière  : 70% déclarent que le travail est « très important »* et se rapprochent ainsi des pays les plus pauvres d’Europe comme la Roumanie et la Pologne. Mais paradoxe  : les français sont aussi ceux qui souhaitent que le travail soit le moins présent dans leur vie.

 

Souvent évoquée par les médias lors d’événements tragiques (ex : de la vague de suicides chez France Télécom), la qualité de vie au travail s’est imposée ces dernières années comme un sujet décisif pour l’ensemble des dirigeants et la politique managériale.

 

 

Constatant ces évolutions, nous avons interrogés nos panélistes WiQuali afin de connaitre les éléments qui contribuent le plus à la qualité de vie au travail.

 

 

Un bonheur pour de multiples plaisirs

 

 

Au terme des 15 jours d’échanges avec nos panélistes, il semble que le contenu, du travail, la culture d’entreprise et l’organisation soient (dans cet ordre décroissant d’importance), les éléments qui contribuent le plus au bien-être au travail. Si pour les dirigeants ces différents ingrédients doivent garantir un objectif d’efficacité, les employés eux, y perçoivent de multiples bénéfices.

 

Le contenu de l’activité, doit apporter du sens, de la stimulation et de la considération personnelle. Bannir monotonie et ennui, laisser la part belle si ce n’est à la passion, au plaisir et aux responsabilités. La conduite de projet et l’autonomie sont autant de signaux positifs propices au sentiment d’utilité et à la prise d’initiatives.

 

 

 

« Moi je pense qu’il faut avant tout que le travail soit varié, sa qualité est primordiale et son contenu intéressant...rien de pire que l’ennui au travail ! »

 

« La qualité du contenu du travail » peremt (...) d’imaginer des évolutions possibles au sein de l’entreprise à travers les responsabilités, l’autonomie et la confiance qui nous est données ».

 

« L’autonomie joue également un rôle dans le développement de soi-même qui est en accord avec la qualité de vie au travail ».

 

La culture d’entreprise apparaît également comme déterminante. Pour les panélistes cela rime avant tout avec une bonne ambiance entre collègues. Se sentir respecté, travailler dans la bonne humeur avec des personnes que l’on apprécie poussent au don de soi et à l’implication personnelle. D’agréables relations professionnelles, un climat de confiance, des atouts qui peuvent éventuellement venir compenser certains compromis et pallier à une activité qui ne satisfait que partiellement. 

 

« Pour ma part, je trouve que l’ambiance est une des choses les plus importantes pour que je me sente bien au travail. Pouvoir échanger facilement avec ses collègues et avoir une ambiance détendue est essentiel. J’ai eu l’expérience d’un emploi où j’étais très souvent seule et je n’en garde pas un très bon souvenir ». 

 

« Si l’ambiance est agréable et que je suis en accord avec les valeurs de celle-ci, je pourrais me savoir contente de travailler ici, d’être « intégrée » dans l’entreprise. Quand je dis intégrée je veux dire par là que je m’associe à l’entreprise, je ne dis plus « chez X entreprise on fait comme ça… » mais « chez nous on fait ça ». Pour moi c’est un signe de bonne qualité ».

 

« Avec les collègues, nous faisions un bon travail d’équipe et essayions dans la mesure du possible d’aller tous dans le même sens même si parfois l’ambiance n’était pas toujours "au top" ; il y avait néanmoins un respect mutuel ».

 

Enfin, les participants à la question du mois se disent attachés à l’organisation du travail. La charge de travail doit être justement équilibrée afin d’écarter le plus possible les situations de stress et de travail bâclé. Nos panélistes soulignent l’importance de communiquer et de rendre transparent l’activité de chacun afin de dissiper toutes suspicions entre collègues. Une bonne organisation doit permettre de garantir en dernier recours le respect de la vie privée, frontière sacrée où peu d’intrusions ne sont tolérées.

 

« J’ai vécu une longue période de mésentente avec un de mes supérieurs, et le peu de considération qu’on accordait à ce problème, qui me minait chaque jour un peu plus, m’a fait prendre conscience que l’organisation du travail et la répartition des tâches jouaient un rôle essentiel, qui pouvait éviter de se retrouver débordée et stressée ».

 

« Enfin, l’organisation du travail : savoir qui fait quoi c’est bien mais dans une ambiance correcte c’est mieux. Là aussi les ragots et potins sont inévitables j’imagine mais ils peuvent créer parfois des ambiances délétères ».

 

« Une bonne organisation et une bonne gestion du personnel sont les clés de la réussite. Pour le respect de la vie privée, je dirais que l’open-space reste relativement néfaste sur ce point. Pour la charge de travail, si c’est équilibré ça évite les arrêts maladies pour surmenage, burn-out, etc... et encore une fois c’est un système gagnant-gagnant ».

 

A travers ces multiples critères d’épanouissement il ne s’agit pourtant plus uniquement de vie professionnelle. En effet, nos émotions subsistent entre vie personnelle et professionnelle et se jouent de ces séparations théoriques. Finalement attacher une certaine vigilance à son environnement professionnel c’est œuvrer pour une vie intime plus sereine. Vous avez les ingrédients : à vous de faire votre cuisine !

 

 

Méthodologie de la question du mois 


Le cabinet nxa pour sa grande étude d’opinion s’est intéressé pour sa 3e question à la perception de la qualité de vie au travail. Pour le mois d’avril, 50 personnes se sont librement exprimées parmi nos panélistes WiQuali entre le mercredi 1er et le vendredi 17 avril. 

 

Devenez à votre tour panéliste et venez répondre à notre question du mois de mai ! 

 

Inscription WiQuali 

 

 

 Résultats d’une recherche européenne intitulée Social pattern of relation to work, menée par 6 pays européens et coordonnée par la Fondation Travail-Université 

Démarche qualité

Une expertise terrain et une relation
de proximité à votre disposition

Lire la suite

Notre actualité

Découvrez les nouvelles fonctionnalités :
newsletter, devenir paneliste en ligne.

Lire la suite

Newsletter

Inscrivez-vous gratuitement à notre newsletter :

Voir nos dernières newsletters